Vers un théâtre pauvre

3 Avr

Qu’a apporté ce travail?
Il a donné à chaque acteur une série de chocs.
Le choc de se confronter soi-même à des défis simples et irréfutables.
Le choc de percevoir ses propres évasions, ses trucs, ses clichés.
Le choc de pressentir quelque chose de ses propres ressources, vastes et inexplorées.
Le choc d’être forcé de reconnaître que de telles questions existent et que _ en dépit d’une longue tradition anglaise d’éviter le sérieux dans l’art théâtral _ le temps est venu de les affronter. Et de découvrir qu’on veut les affronter.

Jerzy Grotowski

On est cons, mais pas au point de voyager pour le plaisir*

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :