Last Exit to Brooklyn

2 Août

Rosie sirotait un verre de gin aux pieds de Goldie, et Georgette s’inquiétait au cas où Vinnie irait avec une des autres filles et à ce qu’on penserait…puis elle cessa de s’inquiéter au sujet de ce que les autres pourraient dire, mais se préoccupa seulement d’éloigner les autres de lui… Elle voulait que les autres pensent qu’il était son amant, mais surtout elle voulait qu’il le soit. Même si ça ne devait être que pour une seule fois. Même rien que ça. Elle prit une autre tablette avec du gin et écouta la musique. Byrd jouait. Elle inclina la tête vers le poste et écouta les sons durs qui se pressaient, sans pour autant se toucher, elle aurait voulu tenir la main de Vinnie, les beaux sons étranges (la benzédrine, le thé et le gin aussi) l’emportant dans un rêve idyllique étrange où l’amour naissait de l’affection, pas de la sexualité; elle aurait seulement voulu partager ceci, rien que ces trois minutes de musique avec Vinnie, ces trois minutes hors de l’espace et du temps et rester là debout tous les deux, en se touchant la main peut-être, sans parler mais en sachant cependant… être complètement avec l’autre et pour l’autre, pas comme homme et femme ni comme deux hommes, pas comme des amis ou des amants, mais seulement comme deux êtres qui aiment… ces trois minutes ensemble dans un monde de beauté, un monde où il n’y aurait même pas le souvenir de jules, de voyous, de gouines ou d’Arthur, rien que la présence de l’amour… et les sons étranges de Byrd déchiraient l’air, les sons s’empilaient pour retomber exactement là où il le fallait, il n’y avait rien d’extraordinaire à ce que Byrd joue l’amour.

Puis le morceau se termina et la musique de fond revint, Georgette leva les yeux et vit le regard malsain d’Harry qui fixait le sexe de Rosie en louchant presque. Elle levait les jambes et avait posé sa tête sur ses genoux et fixait un point sur le tapis, attendant comme toujours que Goldie parle et alors elle obéirait d’un bond. Georgette détourna la tête et essaya de faire revenir la musique dans son esprit, mais lentement elle se tourna à nouveau, incapable d’ignorer Rosie plus longtemps ou d’éviter de penser à elle. On avait toujours accepté Rosie comme une chose admise, et même mieux, on n’avait jamais osé penser à elle. Pas même en tant que fille qui était un peu folle, mais en tant que bonniche: quelqu’un qui se chargeait des bouteilles vides; qui achetait la benzédrine; qui s’occupait de trouver les fournisseurs…  Georgette regarda le point sur le tapis, puis à nouveau le visage de Rosie. Qui était-elle? Que faisait-elle? Est-ce qu’elle pensait? Qu’est-ce qu’elle éprouvait? Elle devait éprouver quelque chose, sinon pourquoi serait-elle restée avec Goldie? Avait-elle jamais aimé? Avait-elle jamais été aimée par quelqu’un? Pouvait-elle aimer? Georgette observa le regard d’Harry, le désir apparaissant derrière la façade du visage dur. Si Rosie faisait un geste, Harry bondirait sur ses pieds et il la baiserait sur place – il lui tiendrait les bras, il se pencherait sur elle, son visage près du sien (de la salive coulerait de sa bouche) et il la pénétrerait même au prix d’une lutte. Georgette leva la tête ainsi elle ne verrait pas son visage.Si Harry avait des rapports sexuels avec elle, est-ce qu’elle aimerait ça? Est-ce qu’elle ressentirait quelque chose? Est-ce qu’elle y avait déjà pensé? Est-ce qu’elle avait déjà eu envie d’aimer??? Une analogie commença à prendre forme dans l’esprit de Georgette et il lui fallut lutter contre, lutter avant que cette analogie soit bien définie sinon elle ne serait pas capable de l’ignorer ou de la nier. Elle avala d’autres tablettes et rebut du gin. Elle faillit vomir après avoir bu le gin et, de panique, elle alluma une cigarette et resta assise sans bouger, fumant jusque là nausée soit passée (l’analogie devenant plus faible), puis elle mis la radio plus fort et se concentra sur la musique, claquant des doigts, regardant Vinnie et espérant que la benzédrine dominerait bientôt l’effet du thé et que Vinnie serait branché.

Hubert Selby Jr.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :