Sublime M.D.

3 Fév

Tous ces gens qui me parlent de ce qu’on doit écrire ou pas, quel ennui, quelle erreur. Comme si on en était encore au Père Sartre qui faisait la loi.

« Comme si les crimes étaient répréhensibles, comme si d’en parler faisait du tort aux accusés, c’est le contraire. Comme si inventer les raisons c’était ça la délation, comme s’il n’y avait que les intellectuels de responsables, alors que tout le monde l’est, même le prolétariat, même les faux écrivains, même les analphabètes (…) Vous êtes pour le silence. Et moi j’ai parlé (…) Beaucoup auraient souhaité que je fasse du tort à C.V., que je sois condamnée pour cela et qu’ils soient débarrassés de la gêne endémique que je représente dans leur vie (…) Ce que l’on me reproche, au fond, c’est que Libé m’a demandé ce papier et que ce soit moi qui l’ai écrit. Voici donc je suis déshonorée à leurs yeux, définitivement déshonorée. Cela arrive, vous voyez. Je suis assez honorée d’être déshonorée. »

Là où l’homme lit de la philosophie, je lis l’histoire de l’homme qui fait de la philosophie et celle de l’homme qui lit la philosophie. Cela parce que je lis tout. (…) Le crime de Lépanges est inaccessible, tellement inaccessible que je crois que personne n’est en l’auteur. 

Le vrai problème étant encore une fois celui des femmes, la recherche du sens par les femmes de la vie qu’elles mènent et qu’elles n’ont pas désirée. 

« Le problème de ce crime est un problème de femmes. Le problème des enfants est un problème de femmes. Le problème de l’homme est un problème de femmes. L’homme l’ignore. Tant que l’homme s’illusionnera sur la libre disposition de sa force musculaire, matérielle, la profondeur de l’intelligence ne sera pas masculine. Seule la femme sera avertie de l’erreur de l’homme sur lui-même. Il y a bien pire que les gifles pour un steak mal cuit, il y a la vie quotidienne. »

Je voulais dire ceci : je n’ai fait aucun tort à Christine V. (…) Si j’avais cru possible de faire du tort à Chritine V., je n’aurais pas fait cet article. Peut-être est-ce une aberration de ma part, ce n’est pas sûr du tout, mais peut-être, auquel cas je serais inexcusable. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :